En Seine-Saint-Denis, des conseillers pour pallier la fracture numérique - La Croix

En Seine-Saint-Denis, des conseillers pour pallier la fracture numérique – La Croix

Vous êtes connecté(e) automatiquement pour 24h
Connexion permanente sécurisée
Votre mot de passe doit comporter au moins 6 caractères, sans espace.
Analyse
À l’occasion de l’événement « Numérique en commun(s) », le secrétaire d’État chargé de la transition numérique, Cédric O, a rappelé son objectif de déployer 96 conseillers au numérique en Seine-Saint-Denis.
Lecture en 2 min.
En Seine-Saint-Denis, des conseillers pour pallier la fracture numérique
Une formation de conseillers numériques le vendredi 15 octobre 2021 à Bourg-en-Bresse.
LAURENT THEVENOT/LE PROGRES/MAXPPP
« La numérisation doit s’accompagner. C’est l’accompagnement des citoyens à l’utilisation de leurs droits et leur citoyenneté qui est en jeu. » C’est par ces mots que le secrétaire d’État chargé de la transition numérique, Cédric O, a inauguré « Numérique en commun(s) », un événement organisé à Montreuil (Seine-Saint-Denis) par l’Agence nationale de la cohésion des territoires. Du 6 au 8 décembre, élus locaux, responsables d’entreprise et associations ont défilé pour échanger autour de la fracture numérique, une problématique phare dans ce département le plus pauvre de la métropole.
→ À LIRE. Le gouvernement veut rendre la « Tech » plus inclusive
« La Seine-Saint-Denis a énormément de besoins en accompagnement numérique. Avec 90 000 foyers au RSA et un taux de chômage important, il y a beaucoup de personnes qui sont complètement déconnectées », explique Khalil Jouini, chef de projet chez Hub Francil’In, un groupe de réflexion qui a pour mission de favoriser « l’inclusion numérique ». « Bénéficier d’une connexion Internet et d’un matériel informatique a un coût, ce qui exclut les familles les plus précaires », abonde Stephen Hervé, conseiller régional et ancien maire de Bondy.
Pour tenter de remédier à la situation, Cédric O a annoncé à la fin de l’année 2020 le déploiement de 4 000 conseillers au numérique sur le territoire national, dont 96 en Seine-Saint-Denis. « Dix-sept sont déjà en poste, et 62 ont été recrutés », précise le cabinet de Cédric O.
À Clichy-sous-Bois, deux conseillers au numérique sur un objectif de trois ont été recrutés. Pour le maire Olivier Klein, ces nouveaux agents formés par l’État – via un plan de relance de 250 millions d’euros – vont dans le bon sens, alors que la dématérialisation des services publics est croissante. « Avec la suppression de guichets physiques, il y a un risque encore plus important de non-recours à des aides, surtout chez les personnes âgées qui ne savent pas se servir d’Internet », affirme-t-il.
Même son de cloche pour Stephen Hervé : « En 2015, on s’était battus pour garder la Caisse primaire d’assurance-maladie, alors que l’État souhaitait la supprimer pour que les gens passent tous sur Ameli.fr. En 2021, on a aussi mis en place une maison “France services”, un guichet unique qui possède un référent numérique destiné à accompagner les usagers. »
Jonathan Vagba fait partie de ces nouveaux agents. Après un master de l’éducation à l’université Sorbonne-Paris-Nord, celui-ci entend parler du plan de relance pour l’inclusion numérique, et postule sur le site afférent. « Pendant le premier confinement, j’avais participé à un projet de location de smartphones auprès d’étudiants en difficulté. J’étais donc déjà sensibilisé à la question. » Embauché dans les villes d’Épinay-sur-Seine et de Villetaneuse, le jeune conseiller insiste sur la complémentarité de sa fonction : « Le but d’un conseiller numérique, c’est de savoir identifier le public et diagnostiquer les différents besoins. On ne remplace pas les acteurs du social, mais on accompagne les gens pour qu’ils deviennent autonomes sur la pratique du numérique. » En tout, selon le ministère, 46 000 personnes ont déjà été aidées en Seine-Saint-Denis.
L’entreprise Google a été condamnée, mardi 13 juillet, à une amende d’un demi-milliard pour avoir
Numérique
Que sont les NFT, cette nouvelle passion du numérique ?
Une campagne numérique contre la surexposition des enfants aux écrans
L’innovation éthique de l’IA : un défi politique et sociétal
Exister sur les réseaux sociaux à l’adolescence : « On te regarde bizarre si t’as pas Snapchat »
Bruno Studer : « Ma loi sur le contrôle parental doit provoquer un débat »
« Le numérique est une ressource non renouvelable »
« Chatbots », un appel à mieux les encadrer
À Bruxelles, la lanceuse d’alerte Frances Haugen continue d’accuser Facebook
Réseaux sociaux : vers une meilleure régulation européenne

source

error: Le contenu est protégé !!