Test Xiaomi Mi 11i : un smartphone réussi, porté par un bel écran - Les Numériques

Test Xiaomi Mi 11i : un smartphone réussi, porté par un bel écran – Les Numériques

Avis utilisateurs (0)
10
La gamme Mi 11 de Xiaomi compte de nombreuses références, à différents prix. Le Mi 11i constitue une version allégée par petites touches, mais aussi plus accessible.
Déclinaison du Mi 11 légèrement plus abordable que son prédécesseur, le Mi 11i se présente comme une version allégée, mais pas Lite. Doté d’un écran un peu moins grand ou encore d’une batterie revue à la baisse, le smartphone de Xiaomi opère quelques compromis pour s’afficher, à sa sortie du moins, 100 € moins cher qu’un Mi 11, tout en gagnant un stockage plus conséquent (256 Go contre 128 Go). Est-il pour autant moins bon que son aîné ?

numerique guru

Facturé 699 € dans sa version 8 Go / 256 Go, et un peu moins dans le cadre des fréquentes promotions qui l‘entourent, le Mi 11i se place par exemple face à un Asus Zenfone 8, ou, à quelques euros près, aux Samsung Galaxy S20 FE et Oppo Find X3 Neo. Il importe bien entendu de le comparer également au Mi 11 classique.
Certes nombreux, les Mi 11 se ressemblent beaucoup, mais à quelques différences notables. Le Mi 11i se situe pour sa part entre un Mi 11 et un Mi 11 Lite en termes d’allure. Il perd l’écran incurvé du Mi 11, adoptant une dalle plate qui occupe une part un peu moins importante de sa façade (86,23 % au lieu de 91,73 %). Son dos vitré à la finition brillante mérite d’être habillé d’une coque, ne serait-ce que pour éviter les traces de doigts qui la constellent immanquablement. Malgré son écran plus petit, d’une diagonale de 6,67 pouces, le Mi 11i mesure pratiquement la même taille que le Mi 11, soit 163,7 x 76,4 x 7,8 mm, et en conserve le poids de 196 grammes. Il ne s’agit donc pas d’un poids plume.

numerique guru

L’appareil est néanmoins agréable à manipuler. Le lecteur d’empreintes situé sur son bouton de démarrage, et non sous son écran, tombe bien sous le pouce. On retrouve une prise USB-C sur la tranche inférieure du Mi 11i qui, comme le Mi 11 d’ailleurs, n’inclut pas de prise mini-jack. Un mot enfin sur les éléments photo de cet appareil. En façade, le poinçon dédié à la caméra pour selfies et cerclé d’un liseré argenté que l’on imagine conçu pour apporter une touche d’élégance au smartphone. Au dos, son bloc à trois modules photo est pour sa part nettement protubérant, ce qui nuit à la stabilité de l’appareil lorsqu’il est posé sur une table. Le Mi 11, avec son bloc photo carré, faisait mieux.

numerique guru

Comme au Mi 11, la traditionnelle prise jack fait défaut au Mi 11i, qui est néanmoins accompagné d’un adaptateur USB-C vers jack. Une attention de plus en plus rare, et qui permettra aux propriétaires d’un casque filaire traditionnel de l’utiliser, s’ils n’optent pas pour un modèle Bluetooth. À noter que le son délivré par les haut-parleurs de l’appareil est convenable.
Si le Mi 11i ressemble pour une large part au Mi 11, il s’en distingue par son écran. Il est plus petit, avec sa diagonale de 6,67 pouces, contre 6,81 pouces pour le Mi 11, mais aussi moins précisément défini. Il affiche ainsi 1080 x 2400 pixels au lieu des 1440 x 3200 pixels de son confrère, soit une résolution de 395 ppp, au lieu de 515 ppp pour le Mi 11. Il faut toutefois avoir l’œil pour faire la différence au quotidien. S’ajoutent d’autres éléments les distinguant. L’écran du Mi 11i plat, avec des bordures 2,5D (arrondies). C’est loin d’être désagréable en main, mais l’effet visuel n’est pas aussi séduisant. Et d’un point de vue plus pragmatique, la protection en Gorilla Glass Victus (génération 7) du Mi 11 cède sa place à un Gorilla Glass 5 certes solide, mais un peu moins.

numerique guru

Ces divers compromis passés, rappelons les points communs qui réunissent les deux écrans de Xiaomi. Tous s’appuient sur la technologie Amoled, sont compatibles avec la norme HDR10+ et proposent un taux de rafraîchissement de 120 Hz. Comme le Mi 11, le Mi 11i est réglé par défaut en 60 Hz, et ne dispose pas d’un rafraîchissement adaptatif : si vous optez pour le 120 Hz, gare donc à une éventuelle surconsommation d’énergie. Moyennant quelques réglages, ils permettent de bénéficier d’une bonne calibration. Avec le mode par défaut appliqué par Xiaomi, c’est-à-dire le mode “Intense”, nous avons relevé un delta E de 3,7 certes correct, mais perfectible, et une température des couleurs un peu trop froide de 7929 K. Un petit détour par les réglages de l’appareil et le choix du mode Couleur Original [sic] permet de faire tomber le delta E à 1,6, témoignant de dérives colorimétriques minimes, et d’obtenir une température des couleurs de 6674 K. Elle est donc très proche de la norme vidéo (6500 K). En revanche, le mode Saturé, un autre mode disponible, fait s’envoler le dE et la température des couleurs ; sauf à aimer les couleurs très très vives, mieux vaut s’en tenir éloigné.

numerique guru

Pour le reste, nous avons relevé une luminosité maximale de 883 cd/m², très élevée dès lors que l’affichage adaptatif est sélectionné, mais aussi une luminosité minimale de 2,4 cd/m². Des résultats qui permettent de profiter d’une bonne lisibilité en extérieur, et de ne pas s’abîmer les yeux dans l’obscurité. Ajoutons que le temps de rémanence, Oled oblige, est inexistant, que le retard tactile n’excède pas les 72 ms, et que la réflectance reste contenue (46,2 %). Dans l’ensemble, Xiaomi équipe donc son Mi 11i d’un écran performant, sous réserve d’être correctement paramétré, et dont le principal défaut est en réalité de ne pas bénéficier de la résolution et des bords incurvés du Mi 11.
À l’instar du Mi 11, le Xiaomi Mi 11i s’appuie sur la puce Snapdragon 888 de Qualcomm. Le duo remplit tout aussi bien son office, sans toutefois se classer dans le peloton de tête des smartphones du moment. Il obtient d’ailleurs des résultats pratiquement identiques, que ce soit en termes de multitâche ou de performances en jeu. Nous avons en effet relevé, lors de son test, un maximum de 65 i/s affichées lors de parties intenses, et un minimum de 49 i/s. La moyenne affichée, plus que confortable, s’établit à environ 62 i/s, quand d’autres produits, équipés du même chipset, parviennent à dépasser les 70 i/s en moyenne. Dans les faits, et à moins de sollicitations extrêmes, le Xiaomi Mi 11i a peu de risques de flancher face aux applications du Play Store.

numerique guru

Nos tests de performance sont réalisés avec viSer, l’application développée par la société SmartViser.
Malgré les apparences, le Mi 11i ne profite pas du même équipement photo que le Mi 11. Son capteur principal de 108 mégapixels, un peu plus petit, est associé à une optique ouvrant à f/1,75 (contre f/1,85 pour le Mi 11). Théoriquement donc, cette ouverture compense la taille plus petite de ses photosites. Xiaomi complète ce grand-angle par un ultra grand-angle de 8 mégapixels (optique f/2,2), contre 13 Mpx pour le Mi 11, et par une caméra macro de 5 mégapixels (f/2,4).
Le Mi 11i assure peu ou prou la même prestation que le Mi 11, à un détail près : son pixel-binning combine 9 pixels en un, au lieu de 4 en un, Xiaomi ayant en réalité opté pour un capteur Samsung de génération plus récente. Il en résulte des clichés finaux en 12 mégapixels, plus légers que les 27 mégapixels du Mi 11.
Si on les compare, de jour, les Mi 11i et Mi 11 livrent des résultats différents. Il faut avouer que malgré sa définition moindre, le Mi 11 parvient à proposer un niveau de détails élevé, profitant d’une accentuation des contours. Le lissage est plus discret, au prix toutefois d’une colorimétrie moins juste.

Le passage en 108 mégapixels ne se traduit pas pour sa part par une meilleure restitution des détails. En revanche, on note qu’au même exercice, le Mi 11 offrait des clichés un peu plus lissés et bruités.
De nuit, la qualité se dégrade naturellement, mais pas davantage qu’avec le Mi 11. À l’exception d’une teinte globale plus chaude, on note une netteté accrue, notamment au niveau du titre du livre.
À l’exercice de l’ultra grand-angle, le Mi 11i parvient à assurer une exposition correcte. Mais sa définition moindre pénalise sa capacité à restituer l’intégralité des détails de l’image. On note également un rendu un peu bruité.
De nuit, le lissage mêlé au bruit numérique rend hélas l’ensemble difficilement exploitable.
Comme le Mi 11, le Mi 11i est muni d’un capteur photo frontal de 20 mégapixels, lequel permet d’obtenir des selfies correctement exposés et détaillés. Attention toutefois à désactiver les filtres de beauté proposés par la marque, et qui ont tendance à lisser exagérément les traits. Le mode portrait qui lui est associé s’est montré convaincant à l’exercice du détourage, ne gommant pas les mèches folles lors de nos essais.
Au rayon de la vidéo, le Mi 11i offre les mêmes options que le Mi 11. Il profite du même système de stabilisation et d’une capacité à filmer en 8K à 30 i/s.
Xiaomi cache quelques concessions au niveau de la batterie de son Mi 11i, qui perd quelques mAh comparé au Mi 11 : les 4600 mAh de ce dernier cèdent leur place à une capacité de 4520 mAh. Dans les faits, il y a pourtant du mieux, le Mi 11 ayant rendu les armes au bout de 14 h 59 min selon notre protocole de test, et le Mi 11i ayant tenu 18 h 01 min.

numerique guru

Côté alimentation, le Mi 11 proposait une charge rapide jusqu’à 55 W, qui lui permettait de faire le plein en 45 minutes. Son compère ne propose plus qu’une charge 33 W, qui pâtit naturellement de la comparaison, et lui permet d’atteindre les 100 % en 1 h 25 min environ. On regrette néanmoins que le Mi 11i ne profite pas de la charge sans-fil du Mi 11.
Nos tests de batterie sont automatisés par viSer, l’application développée par la société SmartViser.
Les résultats obtenus avec viSer sont issus de mesures effectuées en conditions réelles d’utilisation (appels, SMS, vidéos, lancement d’applications, navigation web…).

Le Mi 11i récolte un indice de réparabilité de 7,2/10, dans la moyenne des smartphones actuels. Il n’est pas trop difficile à réparer, malgré la nécessité d’un outillage spécifique pour en modifier certains éléments. Le smartphone de Xiaomi profite de possibilités complètes au niveau logiciel et d’une documentation technique convenable.
Notre score de durabilité permet de déterminer l’aspect durable du smartphone autant pour le consommateur que pour l’environnement. Il s’appuie à la fois sur l’indice de réparabilité, des critères de durabilité (indice de protection, connecteurs standards, durée de garantie et des mises à jour…) et une évaluation des politiques RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). Vous trouverez tous les détails de l’analyse dans notre article présentant le score de durabilité.

Le Mi 11i ne révolutionne pas l’expérience apportée par les autres smartphones de Xiaomi, et s’appuie lui aussi sur MiUI 12, ou plutôt sur sa mise à jour déployée au printemps, MiUI 12.5. Celle-ci promettait davantage d’optimisation logicielle et une autonomie accrue ; si l’on en croit nos tests, le pari est tenu. Pour ce qui est des fonctionnalités offertes par l’interface, rendez-vous sur notre article dédié :
Juin n’est pas qu’un début d’été, c’est aussi le mois où Xiaomi commence à distribuer les premières bêtas de son interface MIUI 12. Cette…
Sorti quelques mois après le Mi 11, le Mi 11i constitue une véritable alternative, malgré un design moins séduisant et une définition d’affichage moindre. Le smartphone profite d’un bel écran Amoled, très lumineux, et assure de bonnes performances grâce à sa puce Snapdragon 888. Son module photo principal est performant, compensant d’ailleurs un ultra grand-angle passable, tandis que son autonomie satisfaisante éclipse une charge qui aurait pu gagner en rapidité. Un bon millésime, en somme.
Chef de service mobilité
C’est exactement le même que le Poco F3 mais avec un 888 vs 870 et bluetooth 5.2 contre 5.1. Je me trompe ?
Sachant que le Poco est à 299€. Il n’y a pas photos quant auquel acheter. Etonnant.
Après il y a aussi le module photo qui a bien évolué. Et vu le test du Poco F3, je pense que la différence est importante.
La question est : le 888, le BT 5.2 et le nouveau module, valent-ils les 320€de plus (330€ vs 650€ pour les version 8/256) ? Pour beaucoup, je ne suis pas sûr.
Le Poco F3 est nettement moins bon sur la partie photo
Copy/paste du test:
…des clichés finaux en 12 mégapixels, plus légers que les 27 mégapixels du Mi 11. […] Il faut avouer que malgré sa définition moindre, le Mi 11 parvient à…
Alors mon cerveau a eu chaud aujourd’hui ou c’est juste complétement contradictoire…
C’est lequel la résolution la plus élevée ??
je préfère de loin un pixel 4 à 5g bien plus homogène et qualitatif ( ma femme et mes enfants on des xiaomi et moi j ai un pixel 3 xl ( il a plus de 2 ans) et il marche nickel ! même la batterie tiens bien.C est franchement pas le cas de xiaomi
Marrant je n’ai jamais eu de problème avec tous les Xiaomi que j’ai eu ou qu’il y a dans mon entourage…
Et puis si problème la garantie de 2 ans est là.
J’ai quatre xiaomi dans la famille, qui tournent autour de moi (dont le mien), du redmi note 4, 5 et 6 et pas un des possesseurs ne m’a appelé pour un problème. De mon côté j’ai plutôt une bonne opinion de la marque concernant la fiabilité (contrairement à un certain Wiko vers lequel je ne reviendrai jamais).
Les tests sont effectués à un moment donné. Depuis, les mises à jours améliorent souvent les qualités photos, surtout quand le soucis est logiciel et non matériel.
Donc dire que le Poco F3 est nettement moins bon, depuis les updates, ça a sûrement dû diminuer. Et si tu lui installes une customrom (xiaomi.eu pour ne citer que la meilleure qui conserve miui), le tél pète du tonnerre ! :slight_smile:
Je me suis laissé tenté par le Realme GT 5G il y a une semaine (eu à 385€ sur amazon version faux cuir jaune), mais j’ai pas autant apprécié que mon feu F3, surtout niveau customRom (inexistante) et autonomie. Je l’ai donc renvoyé.
De retour sur mon S10e. En attente d’un nouveau tél (pixel 6 ou Mi 11T Pro s’ils n’abusent pas sur les prix).
Ce mobile est un ramassis de fausses promesses.
Il ne tient pas la charge, son chargement est lent. Malgré le « i » derrière le 11, il n’a pas l’induction.
La prise casque est la même que le cordon USB. Il faut donc choisir entre écouter de la musique ou charger son mobile . La même fiche partagée aux 2 fonctions fragilise énormément la connections et le SAV n’étant pas du tout à la hauteur, vous vous retrouvez rapidement avec un mobile a 800€ HS, sans aucun recours.
J’ai une liste très longue de toutes les anomalies et tous les bougies…
Alors si je dois faire court fuyez !
Suivez-nous

source

error: Le contenu est protégé !!